"Ο λόγος ο εφήμερος βαστά μόνο μια μέρα
το άρωμά του όμως κρατεί και νύχτα και ημέρα"
Στ.Γ.Κ., Νοε. 2010

L’Eloge du Vin (=Οίνου Έπαινος)

L’Eloge du Vin

[Dans son poème mystique "L’Eloge du Vin" (= Έπαινος Οίνου), le soufi Ib'n Al Faridh fait l'éloge de cette ivresse (=μέθης):

"Nous avons bu à la mémoire du Bien-Aimé un vin qui nous a enivrés avant la création de la vigne.

Notre verre était la pleine lune. Lui, il est le soleil; un croissant le fait circuler. Que d'étoiles resplendissent quand il est mélangé!

Sans son parfum je n'aurais pas trouvé le chemin de ses tavernes. Sans son éclat l'imagination ne pourrait le concevoir.

Le temps en a si peu conservé qu'il est comme un secret caché au fond des poitrines.

[...]

Il est monté peu à peu du fond des vases et il n’en reste en vérité que le nom.

Qu’il vienne un jour à l’esprit d’un homme, la joie s’empare de celui-ci et le chagrin s’en va.

La seule vue du cachet posé sur les vases suffit à faire tomber les convives dans l’ivresse.

[...]

Si les souffles de ses parfums s’exhalent en Orient, un homme privé d’odorat devient dans l’Occident capable de le sentir.

Celui qui tient la coupe, la paume fardée de ce vin, ne s’égarera pas dans la nuit; il tient un astre dans la main.

[...]

C’est par lui qu’ici subsistent toutes les choses, mais elles le voilent à qui ne comprend pas.

En lui mon esprit s’est éperdu de telle sorte qu’ils se sont mêlés tous deux intimement; mais ce n’est pas un corps qui est entré dans un corps.

[...]

On a fait une distinction; mais le tout est un; nos esprits sont le vin et nos corps la vigne.

[...]

Prends-le pur ce vin; ou ne le mêle qu’à la salive du Bien-Aimé; tout autre mélange serait coupable.

Il est à ta disposition dans les tavernes; va le prendre dans toute sa splendeur. Qu’il est bon de le boire au son des musiques!

Car jamais nulle part il n’habite avec la tristesse, comme n’habitent jamais ensemble les chagrins et les concerts.

Si tu t’enivres de ce vin, fut-ce la durée d’une seule heure, le temps sera ton esclave docile et tu auras la puissance.

Il n’a pas vécu ici-bas celui qui a vécu sans ivresse, et celui-là n’a pas de raison qui n’est pas mort de son ivresse.

Qu’il pleure sur lui-même, celui qui a perdu sa vie sans en prendre sa part”.

 


Σχολιάστε