"Ο λόγος ο εφήμερος βαστά μόνο μια μέρα
το άρωμά του όμως κρατεί και νύχτα και ημέρα"
Στ.Γ.Κ., Νοε. 2010

Adieu, l’ ami

 

Adieu, l’ ami

Non, je n’ai pas eu la chance de le connaitre personnellement. Dommage!

Pourtant, mon premier “rapport” ave lui, c’ etait au debut de la decennie 1970: jeune home et jeune professeur de francais,  lorsque je me suis trouve en France, hospitalise chez une  tres jeune amie avec qui avions une correspondence fervante… A Lyon, Marie T. , aimait beaucoup tant le style Moustaki que sa musique. Surtout sa guitare…
La guitare de Georges  avait un air paisible, mais les paroles des ses chansons etaient vraiment d’ un homme qui a souffert beaucoup dans sa vie.
Comme tous les Grecs , emmigres  ou non.

Plus tard, ma copine au Gymnase de “Panormiteion” de l’ ile du Dodecanese  Symi, Christini Pyrovolaki-une jeune philologue-m’ a  offert comme cadeau a ma fete nominale le célèbre “Meteque” de Moustaki qui etait alors a la mode.
Un disque de long play qui fut la cause d’ une profonde connaissance entre elle et moi.
Aujourd’ hui Chistini est ma femme, la plus douce et aimable femme du monde:

“Avec ma gueule  de metheque
De juif errant de patres Grecs
Et mes cheveux aux quatre vents…”

Une chanson toujours aimable, toujours siffle par ci par la, toujours tendre,  qui me… suit, ca fait  presque une quarantaine d’ annees!
————————————————
Adieu l’ ami de notre jeunesse…
http://www.youtube.com/watch?v=tEQvRXRtIlg
————————————————————

Le Meteque

Avec ma gueule de métèque
De Juif errant, de pâtre grec
Et mes cheveux aux quatre vents
Avec mes yeux tout délavés
Qui me donnent l’air de rêver
Moi qui ne rêve plus souvent
Avec mes mains de maraudeur
De musicien et de rôdeur
Qui ont pillé tant de jardins
Avec ma bouche qui a bu
Qui a embrassé et mordu
Sans jamais assouvir sa faim

Avec ma gueule de métèque
De Juif errant, de pâtre grec
De voleur et de vagabond
Avec ma peau qui s’est frottée
Au soleil de tous les étés
Et tout ce qui portait jupon
Avec mon cœur qui a su faire
Souffrir autant qu’il a souffert
Sans pour cela faire d’histoires
Avec mon âme qui n’a plus
La moindre chance de salut
Pour éviter le purgatoire

Avec ma gueule de métèque
De Juif errant, de pâtre grec
Et mes cheveux aux quatre vents
Je viendrai, ma douce captive
Mon âme sœur, ma source vive
Je viendrai boire tes vingt ans
Et je serai prince de sang
Rêveur ou bien adolescent
Comme il te plaira de choisir
Et nous ferons de chaque jour
Toute une éternité d’amour
Que nous vivrons à en mourir

Et nous ferons de chaque jour
Toute une éternité d’amour
Que nous vivrons à en mourir

————————————–

ΑΠΟΛΑΥΣΤΕ ΤΟΝ ΜΕΤΟΙΚΟ στα… τούρκικα. Είναι το κάτι άλλο!

http://www.youtube.com/watch?v=tvOI_zzP0Gc#t=124


Σχολιάστε