"Ο λόγος ο εφήμερος βαστά μόνο μια μέρα
το άρωμά του όμως κρατεί και νύχτα και ημέρα"
Στ.Γ.Κ., Νοε. 2010

Blaise Pascal:Quelques pensees sur le temps

ΠΕΡΙ ΤΟΥ ΠΑΡΟΝΤΟΣ ΧΡΟΝΟΥ

[…] La plupart des homes (=οι περισσότεροι άνθρωποι)  sont dans l’incapacité ( =είναι ανίκανοι) de vivre le présent alors qu’il est le seul temps véritablement à notre portée (=στη διάθεσή μας). Nous ne nous tenons (=δεν λογαριάζουμε) jamais au temps présent. Nous anticipons l’avenir comme trop lent à venir, comme pour hâter son cours ; ou nous rappelons le passé pour l’arrêter comme trop prompt : si imprudent (=τόσο ασύνετοι), que nous errons (=που περιπλανιόμαστε)  dans les temps qui ne sont point nôtres, et ne pensons point au seul qui nous appartient ; et si vains (=τόσο μάταια), que nous songeons à ceux qui ne sont rien, et échappons (=ξεφεύγουμε) sans réflexion le seul qui subsiste. C’est que le présent, d’ordinaire, nous blesse (=συνήθως το παρόν μας πληγώνει). Nous le cachons à notre vue, parce qu’il nous afflige ; et, s’il nous est agréable, nous regrettons de le voir échapper(=λυπούμαστε που το βλέπουμε να φεύγει). Nous tâchons de le soutenir par l’avenir, et pensons à disposer les choses qui ne sont pas en notre puissance pour un temps où nous n’avons aucune assurance d’arriver (=δεν έχουμε καμιάβεβαιότητα ότι θα έλθει).

Que chacun examine ses pensées, il les trouvera toutes occupies (=όλες κατειλημμένες) au passé et à l’avenir (=απ΄το παρελθόν και το μέλλον). Nous ne pensons presque point au présent ; et, si nous y pensons, ce n’est que pour en prendre la lumière pour disposer de l’avenir. Le présent n’est jamais notre fin (=το παρόν δεν αποτελεί ποτέ σκοπό μας) : le passé et le présent sont nos moyens ; le seul avenir est notre fin. Ainsi nous ne vivons jamais(=έτσι δεν ζούμε ποτέ), mais nous espérons de vivre ; et, nous disposant toujours à être heureux, il est inévitable que nous ne le soyons jamais. (Pascal, 1623 – 1662).

Επεξεργασία: Στ.Γ.Κ..


Σχολιάστε