"Ο λόγος ο εφήμερος βαστά μόνο μια μέρα
το άρωμά του όμως κρατεί και νύχτα και ημέρα"
Στ.Γ.Κ., Νοε. 2010

Le jardin du roi (texte en francais)

 

 

 

 

Ο ΚΗΠΟΣ ΤΟΥ ΒΑΣΙΛΙΑ

(όπως κάθε φυτό ή δέντρο έχει τη χρησιμότητά του, την ιδιαιτερότητά του που ομορφαίνει την πλάση, έτσι και κάθε άνθρωπος έχει τη δική του αξία. Είναι μάταιο λοιπόν να φθονούμε ή να επιζητούμε ό,τι ανήκει σε κάποιον άλλο. Στ.Γ.Κ.)

 

Il y avait un jour un roi qui avait planté (=είχε φυτέψει) près de son château arbres, plantes et fleurs. Et son jardin était d’une grande beauté.

Chaque jour, il s’y promenait (=έκανε εκεί περιπάτους) : c ‘était pour lui une joie et une détente.

Un jour, il dut partir (=χρειάστηκε να φύγει) en voyage. A son retour, il s’empressa d’aller marcher dans le jardin. Il fut désolé (=στενοχωρέθηκε) en constatant que les plantes et les arbres étaient en train de se dessécher (=ξεράθηκαν).

Il s’adressa à un pin (=πεύκο), autrefois majestueux et plein de vie, et lui demanda ce qui s’était passé. Le pin lui répondit : « J’ai regardé la vigne (=το αμπέλι) et je me suis dit que jamais je ne produirais les beaux fruits qu’elle porte. Je me suis désolé et j’ai commencé à sécher ».

Le roi alla trouver la vigne: elle aussi se desséchait. Il l’interrogea et elle dit : « En regardant la rose (=το  τριαντάφυλλο) et en sentant son parfum, je me suis dit que jamais je ne serais aussi belle et agréable et je me suis mise à sécher. »

Comme la rose elle-même était en train de dépérir, il alla lui parler et elle lui dit : « Comme c’est dommage que je n’aie pas l’âge de l’érable (=σφενδάμι) qui est là-bas et que mes feuilles ne se colorent pas à l’automne. Dans ces conditions, pourquoi vivre et faire des fleurs ? Je me suis donc mise à me dessécher ».

Poursuivant son exploration, le roi aperçut une magnifique fleur. Elle était toute épanouie (=ολάνθιστο). Il lui demanda comment il se faisait qu’elle soit si vivante et si belle. Elle lui répondit : « J’ai failli me dessécher (=κόντεψα να ξεραθώ), car au début, je me désolais. Jamais je n’aurai la majesté du pin, qui garde sa verdure toute l’année; les fruits de la vigne; ni le raffinement et le parfum de la rose. Et j’ai commencé à mourir mais j’ai réfléchi et je me suis dit : « Si le Roi qui est riche et puissant et qui a organisé ce jardin avait voulu quelque chose d’autre à ma place, il l’aurait planté. Si donc il m’a planté, c’est qu’il me voulait, moi. ».

La fleur a commencé à regarder chaque plante et chaque fleur du jardin avec beaucoup de satisfaction et de joie profonde. Elle a réalisé qu’elle faisait partie d’un merveilleux ensemble, et qu’elle, comme toutes les autres avait sa place dans ce jardin. C’est à partir de ce moment qu’elle décida de s’épanouir et de devenir la plus belle.

Vous aussi, mes ami(e)s, vous faites partie d’un merveilleux ensemble et avez votre place dans ce jardin. Alors, épanouissez-vous et n’oubliez jamais : « Carpe diem ! »


Σχολιάστε